Chroniques de vos livres

« Le mythe de la caverne » de William Néria chez Cerf Patrimoines.
Une oeuvre magistrale! Pourquoi suis-je tomber dans le piège de la chronique. William Néria a fait un travail fantastique et original. Nous connaissons tous le mythe de la caverne de Platon. Mais l’auteur ici fait un travail d’analyse et de synthèses exceptionnels.
Je me suis fait piéger car le sujet me plaisait mais la maladie m’a immobilisé plus longtemps que prévu pour cet ouvrage de 370 pages. Alors en quelques mots, voici pourquoi se procurer ce livre.
L’auteur aborde plusieurs thèmes comme l’éducation, le processus du désir – mémoire et image. Il en profite pour s’opposer à Heidegger qui a cherché à s’opposer à Platon et à donner une version métaphysique à l’approche de Platon.
A bientôt pour plus d’infos.

« Le temps de l’homme – Pour une révolution de l’écologie humaine » de Tugdual Derville. Editions Plon. L’auteur ne cache pas ses opinions, il est délégué général de l’Alliance Vita. Il prend les exemples dans la vie de nous tous. La vie est une richesse que l’on ne peut gaspiller. L’écologie humaine, propose de revenir au réel -celui d’un homme fragile,sexué, enraciné corps et âme- et considère « tout l’homme et tous les hommes » comme critère de chaque décision.

« La médecine sans compter d’Olivier Kourilsky » Editions Glyphe. A bientôt pour des résumés et extraits. Le docteur Kourilsky chef du service de nephrologie à l’hôpital d’Evry s’insurge du poids de l’argent sur la médecine. Le hasard a fait que je soit hospitalisé pendant la lecture de ce livre. J’ai compris ce que voulait dire argent et médecine. Pour être honnête je n’en ai pas senti les effets sur mes soins: un peu sur mon confort : draps troués, peinture écaillée…..et..etc.

« Au petit bonheur la chance » d’Aurélie Valognes. Sympathique roman inspiré d’une histoire familiale. Excellente description des conflits créés par l’évolution de la société: divorces, unions libres, enfants issus de couples brisés, rôle des grands parents. On est ému à la lecture de livre  car nous avons tous des exemples proches de cette situation. j’ai eu la chance d’avoir une famille uni. Bravo Aurélie !

« si Lascaux m’était conté » Editions CAIRN, de Nicolas Bouvier. L’auteur a réussi au moins de nous donner l’envie de retourner à Lascaux. Ce n’est pas un grand ouvrage que nous présente Nicolas Bouvier. Mais ce livre très personnel est agréable et se lit en une heure. Mais que nous apprend l’auteur que nous ne sachions dèjà : pas grand chose en fait.